Investiture de Donald Trump - Washington va reprendre le forage des hydrocarbures de schiste

20/01/2017 22:11 sur RTL info.

(Belga) Les Etats-Unis vont abandonner leur politique de réduction des énergies polluantes et reprendre le forage du pétrole et gaz de schiste pour créer des emplois et payer la rénovation des infrastructures publiques, a annoncé vendredi la Maison Blanche.

Sur le climat, le président Trump "s'engage à éliminer les politiques non nécessaires et nuisibles tel le plan d'action pour le climat et les eaux", mis en place par Barack Obama, le prédécesseur de Donald Trump, indique un texte posté sur le site de la Maison Blanche sitôt le nouveau président républicain investi. Ce plan, baptisé "Climate Action Plan", adopté lors du second mandat de Barack Obama, a permis d'adopter des standards fédéraux pour éliminer les sources les plus polluantes, comme les centrales thermiques les plus anciennes, moderniser la production électrique, le tout sous la houlette de l'Agence de protection de l'environnement (EPA) à qui de larges pouvoirs avaient été accordés. Censé mettre les Etats-Unis sur la voie de la transition énergétique, il encourageait également les efforts en matière d'énergies renouvelables. "Lever toutes ces restrictions va aider énormément les travailleurs américains, augmenter les salaires de plus de 30 milliards de dollars sur les sept prochaines années", argumente la Maison Blanche, qui ne dit en revanche rien sur l'Accord de Paris de lutte contre le réchauffement climatique ou sur le projet controversé de pipeline géant Keystone XL. Lors de la campagne électorale, Donald Trump avait qualifié le réchauffement climatique de "canular". La Maison Blanche a également indiqué vendredi que le forage des gaz et pétrole de schiste allait reprendre aux Etats-Unis dont les réserves sont estimées à 50.000 milliards de dollars en valeur, selon la Maison Blanche. "L'administration Trump va embrasser la révolution des pétrole et gaz de schiste pour créer des emplois et apporter de la prospérité à des millions d'Américains", affirme le texte. Les revenus tirés de l'exploitation de ces hydrocarbures, extraits par la technique controversée de la fracturation hydraulique, serviront à la reconstruction des infrastructures publiques (routes, écoles, ponts...), détaille la Maison Blanche. (Belga)



Investiture de Donald Trump - Donald Trump rend un hommage appuyé à Hillary Clinton devant les élus du Congrès

20/01/2017 21:52 sur RTL info.

(Belga) Le nouveau président américain Donald Trump a rendu vendredi un hommage appuyé à Hillary Clinton, sa rivale battue à la présidentielle, lors d'un déjeuner au Congrès, en présence de Bill et Hillary Clinton, qui ont assisté aux cérémonies d'investiture du 45e président des Etats-Unis.

"J'ai été honoré d'apprendre que l'ancien président Bill Clinton et Hillary Clinton étaient venus aujourd'hui et je voudrais que vous vous leviez", a déclaré Donald Trump devant des invités debout qui ont applaudi le couple Clinton, à la fin du déjeuner de parlementaires du Congrès organisé après la prestation de serment du nouveau chef de l'exécutif américain. (Belga)



Le Britannique pro-Brexit Nigel Farage rejoint la chaîne Fox News

20/01/2017 21:50 sur RTL info.

(Belga) Figure majeure du Brexit et ancien chef du parti europhobe Ukip, le Britannique Nigel Farage va devenir consultant pour la chaîne conservatrice d'information continue Fox News, selon un communiqué de la chaîne américaine vendredi.

Nigel Farage a incarné le courant des partisans de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne durant les mois qui ont précédé le référendum organisé fin juin 2016, avant de démissionner de la présidence du parti Ukip, début juillet, quelques jours après que le vote. Nigel Farage "va offrir son analyse politique" a précisé la chaîne. Nigel Farage s'est rendu à plusieurs reprises aux Etats-Unis, notamment à une réunion de campagne de Donald Trump, dans le Mississippi, fin août. Lors de ce meeting, Donald Trump l'avait présenté comme "l'homme derrière le Brexit, un homme qui a dirigé brillamment le parti indépendantiste britannique dans ce combat et a gagné, contre toute attente". Tribun de talent, il s'était vanté, ce jour-là, d'avoir "brisé l'establishment". Après la victoire de Donald Trump, Nigel Farage a été le premier homme politique britannique reçu à New York par le président élu, mi-décembre. Donald Trump a même été jusqu'à suggérer sa nomination au poste d'ambassadeur du Royaume-Uni aux Etats-Unis. La Première ministre Theresa May avait répondu que le poste n'était pas à pourvoir. (Belga)



Le pétrole termine en nette hausse avant le comité de surveillance de l'Opep

20/01/2017 21:44 sur RTL info.

(Belga) Les cours du pétrole ont nettement monté vendredi à New York, repassant même de justesse dans le vert sur la semaine, avant une réunion du comité de surveillance des accords de réduction de l'offre conclus par l'Opep et ses partenaires.

Le prix du baril de référence (WTI) a progressé de 1,05 dollar à 52,42 dollars sur le contrat pour livraison en février au New York Mercantile Exchange (Nymex), dont c'était le dernier jour de cotation. "On s'attend à avoir des propos encourageants de la part de l'Opep pendant le week-end", a estimé John Kilduff de Again Capital. Cela a suffi à orienter à la hausse un marché qui s'est montré hésitant toute la semaine, le baril s'adjugeant finalement 5 cents par rapport au vendredi précédent. "Même si les cours sont de retour dans le milieu de leur fourchette de prix, nous remarquons que le marché évolue en dents de scie depuis qu'il est arrivé à ce niveau" dans la foulée de l'annonce fin 2016 des accords de réduction de l'offre, a indiqué Tim Evans de Citi dans une note. Entrés en vigueur le 1er janvier pour une période initiale de six mois, les deux accords de limitation de la production conclus par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), l'un en son sein et l'autre avec ses alliés dont la Russie, ont pour objectif de rééquilibrer le marché et de faire remonter le prix du baril. Un comité de surveillance se réunira ce week-end à Vienne pour vérifier que les pays engagés respectent leurs quotas de production. "Le respect des accords est bon", a estimé James Williams de WTRG avant de prévenir: "c'est la norme pour le premier mois de ce type d'accord, au bout de trois mois la triche deviendra alors visible". Au delà du cartel et de ses alliés, la reprise de la production aux Etats-Unis inquiète les investisseurs. Ils craignent qu'à la faveur de prix plus élevés, les extractions de pétrole de schiste aux Etats-Unis ne soient relancées, ce pays n'ayant pris aucun engagement de réduction de l'offre. (Belga)



Le pétrole termine en nette hausse avant le comité de surveillance de l'Opep

20/01/2017 21:44 sur RTL info.

(Belga) Les cours du pétrole ont nettement monté vendredi à New York, repassant même de justesse dans le vert sur la semaine, avant une réunion du comité de surveillance des accords de réduction de l'offre conclus par l'Opep et ses partenaires.

Le prix du baril de référence (WTI) a progressé de 1,05 dollar à 52,42 dollars sur le contrat pour livraison en février au New York Mercantile Exchange (Nymex), dont c'était le dernier jour de cotation. "On s'attend à avoir des propos encourageants de la part de l'Opep pendant le week-end", a estimé John Kilduff de Again Capital. Cela a suffi à orienter à la hausse un marché qui s'est montré hésitant toute la semaine, le baril s'adjugeant finalement 5 cents par rapport au vendredi précédent. "Même si les cours sont de retour dans le milieu de leur fourchette de prix, nous remarquons que le marché évolue en dents de scie depuis qu'il est arrivé à ce niveau" dans la foulée de l'annonce fin 2016 des accords de réduction de l'offre, a indiqué Tim Evans de Citi dans une note. Entrés en vigueur le 1er janvier pour une période initiale de six mois, les deux accords de limitation de la production conclus par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), l'un en son sein et l'autre avec ses alliés dont la Russie, ont pour objectif de rééquilibrer le marché et de faire remonter le prix du baril. Un comité de surveillance se réunira ce week-end à Vienne pour vérifier que les pays engagés respectent leurs quotas de production. "Le respect des accords est bon", a estimé James Williams de WTRG avant de prévenir: "c'est la norme pour le premier mois de ce type d'accord, au bout de trois mois la triche deviendra alors visible". Au delà du cartel et de ses alliés, la reprise de la production aux Etats-Unis inquiète les investisseurs. Ils craignent qu'à la faveur de prix plus élevés, les extractions de pétrole de schiste aux Etats-Unis ne soient relancées, ce pays n'ayant pris aucun engagement de réduction de l'offre. (Belga)



Le pétrole termine en nette hausse avant le comité de surveillance de l'Opep

20/01/2017 21:44 sur RTL info.

(Belga) Les cours du pétrole ont nettement monté vendredi à New York, repassant même de justesse dans le vert sur la semaine, avant une réunion du comité de surveillance des accords de réduction de l'offre conclus par l'Opep et ses partenaires.

Le prix du baril de référence (WTI) a progressé de 1,05 dollar à 52,42 dollars sur le contrat pour livraison en février au New York Mercantile Exchange (Nymex), dont c'était le dernier jour de cotation. "On s'attend à avoir des propos encourageants de la part de l'Opep pendant le week-end", a estimé John Kilduff de Again Capital. Cela a suffi à orienter à la hausse un marché qui s'est montré hésitant toute la semaine, le baril s'adjugeant finalement 5 cents par rapport au vendredi précédent. "Même si les cours sont de retour dans le milieu de leur fourchette de prix, nous remarquons que le marché évolue en dents de scie depuis qu'il est arrivé à ce niveau" dans la foulée de l'annonce fin 2016 des accords de réduction de l'offre, a indiqué Tim Evans de Citi dans une note. Entrés en vigueur le 1er janvier pour une période initiale de six mois, les deux accords de limitation de la production conclus par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), l'un en son sein et l'autre avec ses alliés dont la Russie, ont pour objectif de rééquilibrer le marché et de faire remonter le prix du baril. Un comité de surveillance se réunira ce week-end à Vienne pour vérifier que les pays engagés respectent leurs quotas de production. "Le respect des accords est bon", a estimé James Williams de WTRG avant de prévenir: "c'est la norme pour le premier mois de ce type d'accord, au bout de trois mois la triche deviendra alors visible". Au delà du cartel et de ses alliés, la reprise de la production aux Etats-Unis inquiète les investisseurs. Ils craignent qu'à la faveur de prix plus élevés, les extractions de pétrole de schiste aux Etats-Unis ne soient relancées, ce pays n'ayant pris aucun engagement de réduction de l'offre. (Belga)



Le pétrole termine en nette hausse avant le comité de surveillance de l'Opep

20/01/2017 21:44 sur RTL info.

(Belga) Les cours du pétrole ont nettement monté vendredi à New York, repassant même de justesse dans le vert sur la semaine, avant une réunion du comité de surveillance des accords de réduction de l'offre conclus par l'Opep et ses partenaires.

Le prix du baril de référence (WTI) a progressé de 1,05 dollar à 52,42 dollars sur le contrat pour livraison en février au New York Mercantile Exchange (Nymex), dont c'était le dernier jour de cotation. "On s'attend à avoir des propos encourageants de la part de l'Opep pendant le week-end", a estimé John Kilduff de Again Capital. Cela a suffi à orienter à la hausse un marché qui s'est montré hésitant toute la semaine, le baril s'adjugeant finalement 5 cents par rapport au vendredi précédent. "Même si les cours sont de retour dans le milieu de leur fourchette de prix, nous remarquons que le marché évolue en dents de scie depuis qu'il est arrivé à ce niveau" dans la foulée de l'annonce fin 2016 des accords de réduction de l'offre, a indiqué Tim Evans de Citi dans une note. Entrés en vigueur le 1er janvier pour une période initiale de six mois, les deux accords de limitation de la production conclus par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), l'un en son sein et l'autre avec ses alliés dont la Russie, ont pour objectif de rééquilibrer le marché et de faire remonter le prix du baril. Un comité de surveillance se réunira ce week-end à Vienne pour vérifier que les pays engagés respectent leurs quotas de production. "Le respect des accords est bon", a estimé James Williams de WTRG avant de prévenir: "c'est la norme pour le premier mois de ce type d'accord, au bout de trois mois la triche deviendra alors visible". Au delà du cartel et de ses alliés, la reprise de la production aux Etats-Unis inquiète les investisseurs. Ils craignent qu'à la faveur de prix plus élevés, les extractions de pétrole de schiste aux Etats-Unis ne soient relancées, ce pays n'ayant pris aucun engagement de réduction de l'offre. (Belga)



Le pétrole termine en nette hausse avant le comité de surveillance de l'Opep

20/01/2017 21:44 sur RTL info.

(Belga) Les cours du pétrole ont nettement monté vendredi à New York, repassant même de justesse dans le vert sur la semaine, avant une réunion du comité de surveillance des accords de réduction de l'offre conclus par l'Opep et ses partenaires.

Le prix du baril de référence (WTI) a progressé de 1,05 dollar à 52,42 dollars sur le contrat pour livraison en février au New York Mercantile Exchange (Nymex), dont c'était le dernier jour de cotation. "On s'attend à avoir des propos encourageants de la part de l'Opep pendant le week-end", a estimé John Kilduff de Again Capital. Cela a suffi à orienter à la hausse un marché qui s'est montré hésitant toute la semaine, le baril s'adjugeant finalement 5 cents par rapport au vendredi précédent. "Même si les cours sont de retour dans le milieu de leur fourchette de prix, nous remarquons que le marché évolue en dents de scie depuis qu'il est arrivé à ce niveau" dans la foulée de l'annonce fin 2016 des accords de réduction de l'offre, a indiqué Tim Evans de Citi dans une note. Entrés en vigueur le 1er janvier pour une période initiale de six mois, les deux accords de limitation de la production conclus par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), l'un en son sein et l'autre avec ses alliés dont la Russie, ont pour objectif de rééquilibrer le marché et de faire remonter le prix du baril. Un comité de surveillance se réunira ce week-end à Vienne pour vérifier que les pays engagés respectent leurs quotas de production. "Le respect des accords est bon", a estimé James Williams de WTRG avant de prévenir: "c'est la norme pour le premier mois de ce type d'accord, au bout de trois mois la triche deviendra alors visible". Au delà du cartel et de ses alliés, la reprise de la production aux Etats-Unis inquiète les investisseurs. Ils craignent qu'à la faveur de prix plus élevés, les extractions de pétrole de schiste aux Etats-Unis ne soient relancées, ce pays n'ayant pris aucun engagement de réduction de l'offre. (Belga)



Le pétrole termine en nette hausse avant le comité de surveillance de l'Opep

20/01/2017 21:44 sur RTL info.

(Belga) Les cours du pétrole ont nettement monté vendredi à New York, repassant même de justesse dans le vert sur la semaine, avant une réunion du comité de surveillance des accords de réduction de l'offre conclus par l'Opep et ses partenaires.

Le prix du baril de référence (WTI) a progressé de 1,05 dollar à 52,42 dollars sur le contrat pour livraison en février au New York Mercantile Exchange (Nymex), dont c'était le dernier jour de cotation. "On s'attend à avoir des propos encourageants de la part de l'Opep pendant le week-end", a estimé John Kilduff de Again Capital. Cela a suffi à orienter à la hausse un marché qui s'est montré hésitant toute la semaine, le baril s'adjugeant finalement 5 cents par rapport au vendredi précédent. "Même si les cours sont de retour dans le milieu de leur fourchette de prix, nous remarquons que le marché évolue en dents de scie depuis qu'il est arrivé à ce niveau" dans la foulée de l'annonce fin 2016 des accords de réduction de l'offre, a indiqué Tim Evans de Citi dans une note. Entrés en vigueur le 1er janvier pour une période initiale de six mois, les deux accords de limitation de la production conclus par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), l'un en son sein et l'autre avec ses alliés dont la Russie, ont pour objectif de rééquilibrer le marché et de faire remonter le prix du baril. Un comité de surveillance se réunira ce week-end à Vienne pour vérifier que les pays engagés respectent leurs quotas de production. "Le respect des accords est bon", a estimé James Williams de WTRG avant de prévenir: "c'est la norme pour le premier mois de ce type d'accord, au bout de trois mois la triche deviendra alors visible". Au delà du cartel et de ses alliés, la reprise de la production aux Etats-Unis inquiète les investisseurs. Ils craignent qu'à la faveur de prix plus élevés, les extractions de pétrole de schiste aux Etats-Unis ne soient relancées, ce pays n'ayant pris aucun engagement de réduction de l'offre. (Belga)



Le pétrole termine en nette hausse avant le comité de surveillance de l'Opep

20/01/2017 21:44 sur RTL info.

(Belga) Les cours du pétrole ont nettement monté vendredi à New York, repassant même de justesse dans le vert sur la semaine, avant une réunion du comité de surveillance des accords de réduction de l'offre conclus par l'Opep et ses partenaires.

Le prix du baril de référence (WTI) a progressé de 1,05 dollar à 52,42 dollars sur le contrat pour livraison en février au New York Mercantile Exchange (Nymex), dont c'était le dernier jour de cotation. "On s'attend à avoir des propos encourageants de la part de l'Opep pendant le week-end", a estimé John Kilduff de Again Capital. Cela a suffi à orienter à la hausse un marché qui s'est montré hésitant toute la semaine, le baril s'adjugeant finalement 5 cents par rapport au vendredi précédent. "Même si les cours sont de retour dans le milieu de leur fourchette de prix, nous remarquons que le marché évolue en dents de scie depuis qu'il est arrivé à ce niveau" dans la foulée de l'annonce fin 2016 des accords de réduction de l'offre, a indiqué Tim Evans de Citi dans une note. Entrés en vigueur le 1er janvier pour une période initiale de six mois, les deux accords de limitation de la production conclus par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), l'un en son sein et l'autre avec ses alliés dont la Russie, ont pour objectif de rééquilibrer le marché et de faire remonter le prix du baril. Un comité de surveillance se réunira ce week-end à Vienne pour vérifier que les pays engagés respectent leurs quotas de production. "Le respect des accords est bon", a estimé James Williams de WTRG avant de prévenir: "c'est la norme pour le premier mois de ce type d'accord, au bout de trois mois la triche deviendra alors visible". Au delà du cartel et de ses alliés, la reprise de la production aux Etats-Unis inquiète les investisseurs. Ils craignent qu'à la faveur de prix plus élevés, les extractions de pétrole de schiste aux Etats-Unis ne soient relancées, ce pays n'ayant pris aucun engagement de réduction de l'offre. (Belga)



Le pétrole termine en nette hausse avant le comité de surveillance de l'Opep

20/01/2017 21:44 sur RTL info.

(Belga) Les cours du pétrole ont nettement monté vendredi à New York, repassant même de justesse dans le vert sur la semaine, avant une réunion du comité de surveillance des accords de réduction de l'offre conclus par l'Opep et ses partenaires.

Le prix du baril de référence (WTI) a progressé de 1,05 dollar à 52,42 dollars sur le contrat pour livraison en février au New York Mercantile Exchange (Nymex), dont c'était le dernier jour de cotation. "On s'attend à avoir des propos encourageants de la part de l'Opep pendant le week-end", a estimé John Kilduff de Again Capital. Cela a suffi à orienter à la hausse un marché qui s'est montré hésitant toute la semaine, le baril s'adjugeant finalement 5 cents par rapport au vendredi précédent. "Même si les cours sont de retour dans le milieu de leur fourchette de prix, nous remarquons que le marché évolue en dents de scie depuis qu'il est arrivé à ce niveau" dans la foulée de l'annonce fin 2016 des accords de réduction de l'offre, a indiqué Tim Evans de Citi dans une note. Entrés en vigueur le 1er janvier pour une période initiale de six mois, les deux accords de limitation de la production conclus par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), l'un en son sein et l'autre avec ses alliés dont la Russie, ont pour objectif de rééquilibrer le marché et de faire remonter le prix du baril. Un comité de surveillance se réunira ce week-end à Vienne pour vérifier que les pays engagés respectent leurs quotas de production. "Le respect des accords est bon", a estimé James Williams de WTRG avant de prévenir: "c'est la norme pour le premier mois de ce type d'accord, au bout de trois mois la triche deviendra alors visible". Au delà du cartel et de ses alliés, la reprise de la production aux Etats-Unis inquiète les investisseurs. Ils craignent qu'à la faveur de prix plus élevés, les extractions de pétrole de schiste aux Etats-Unis ne soient relancées, ce pays n'ayant pris aucun engagement de réduction de l'offre. (Belga)



Le pétrole termine en nette hausse avant le comité de surveillance de l'Opep

20/01/2017 21:44 sur RTL info.

(Belga) Les cours du pétrole ont nettement monté vendredi à New York, repassant même de justesse dans le vert sur la semaine, avant une réunion du comité de surveillance des accords de réduction de l'offre conclus par l'Opep et ses partenaires.

Le prix du baril de référence (WTI) a progressé de 1,05 dollar à 52,42 dollars sur le contrat pour livraison en février au New York Mercantile Exchange (Nymex), dont c'était le dernier jour de cotation. "On s'attend à avoir des propos encourageants de la part de l'Opep pendant le week-end", a estimé John Kilduff de Again Capital. Cela a suffi à orienter à la hausse un marché qui s'est montré hésitant toute la semaine, le baril s'adjugeant finalement 5 cents par rapport au vendredi précédent. "Même si les cours sont de retour dans le milieu de leur fourchette de prix, nous remarquons que le marché évolue en dents de scie depuis qu'il est arrivé à ce niveau" dans la foulée de l'annonce fin 2016 des accords de réduction de l'offre, a indiqué Tim Evans de Citi dans une note. Entrés en vigueur le 1er janvier pour une période initiale de six mois, les deux accords de limitation de la production conclus par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), l'un en son sein et l'autre avec ses alliés dont la Russie, ont pour objectif de rééquilibrer le marché et de faire remonter le prix du baril. Un comité de surveillance se réunira ce week-end à Vienne pour vérifier que les pays engagés respectent leurs quotas de production. "Le respect des accords est bon", a estimé James Williams de WTRG avant de prévenir: "c'est la norme pour le premier mois de ce type d'accord, au bout de trois mois la triche deviendra alors visible". Au delà du cartel et de ses alliés, la reprise de la production aux Etats-Unis inquiète les investisseurs. Ils craignent qu'à la faveur de prix plus élevés, les extractions de pétrole de schiste aux Etats-Unis ne soient relancées, ce pays n'ayant pris aucun engagement de réduction de l'offre. (Belga)



Le pétrole termine en nette hausse avant le comité de surveillance de l'Opep

20/01/2017 21:44 sur RTL info.

(Belga) Les cours du pétrole ont nettement monté vendredi à New York, repassant même de justesse dans le vert sur la semaine, avant une réunion du comité de surveillance des accords de réduction de l'offre conclus par l'Opep et ses partenaires.

Le prix du baril de référence (WTI) a progressé de 1,05 dollar à 52,42 dollars sur le contrat pour livraison en février au New York Mercantile Exchange (Nymex), dont c'était le dernier jour de cotation. "On s'attend à avoir des propos encourageants de la part de l'Opep pendant le week-end", a estimé John Kilduff de Again Capital. Cela a suffi à orienter à la hausse un marché qui s'est montré hésitant toute la semaine, le baril s'adjugeant finalement 5 cents par rapport au vendredi précédent. "Même si les cours sont de retour dans le milieu de leur fourchette de prix, nous remarquons que le marché évolue en dents de scie depuis qu'il est arrivé à ce niveau" dans la foulée de l'annonce fin 2016 des accords de réduction de l'offre, a indiqué Tim Evans de Citi dans une note. Entrés en vigueur le 1er janvier pour une période initiale de six mois, les deux accords de limitation de la production conclus par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), l'un en son sein et l'autre avec ses alliés dont la Russie, ont pour objectif de rééquilibrer le marché et de faire remonter le prix du baril. Un comité de surveillance se réunira ce week-end à Vienne pour vérifier que les pays engagés respectent leurs quotas de production. "Le respect des accords est bon", a estimé James Williams de WTRG avant de prévenir: "c'est la norme pour le premier mois de ce type d'accord, au bout de trois mois la triche deviendra alors visible". Au delà du cartel et de ses alliés, la reprise de la production aux Etats-Unis inquiète les investisseurs. Ils craignent qu'à la faveur de prix plus élevés, les extractions de pétrole de schiste aux Etats-Unis ne soient relancées, ce pays n'ayant pris aucun engagement de réduction de l'offre. (Belga)



Le pétrole termine en nette hausse avant le comité de surveillance de l'Opep

20/01/2017 21:44 sur RTL info.

(Belga) Les cours du pétrole ont nettement monté vendredi à New York, repassant même de justesse dans le vert sur la semaine, avant une réunion du comité de surveillance des accords de réduction de l'offre conclus par l'Opep et ses partenaires.

Le prix du baril de référence (WTI) a progressé de 1,05 dollar à 52,42 dollars sur le contrat pour livraison en février au New York Mercantile Exchange (Nymex), dont c'était le dernier jour de cotation. "On s'attend à avoir des propos encourageants de la part de l'Opep pendant le week-end", a estimé John Kilduff de Again Capital. Cela a suffi à orienter à la hausse un marché qui s'est montré hésitant toute la semaine, le baril s'adjugeant finalement 5 cents par rapport au vendredi précédent. "Même si les cours sont de retour dans le milieu de leur fourchette de prix, nous remarquons que le marché évolue en dents de scie depuis qu'il est arrivé à ce niveau" dans la foulée de l'annonce fin 2016 des accords de réduction de l'offre, a indiqué Tim Evans de Citi dans une note. Entrés en vigueur le 1er janvier pour une période initiale de six mois, les deux accords de limitation de la production conclus par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), l'un en son sein et l'autre avec ses alliés dont la Russie, ont pour objectif de rééquilibrer le marché et de faire remonter le prix du baril. Un comité de surveillance se réunira ce week-end à Vienne pour vérifier que les pays engagés respectent leurs quotas de production. "Le respect des accords est bon", a estimé James Williams de WTRG avant de prévenir: "c'est la norme pour le premier mois de ce type d'accord, au bout de trois mois la triche deviendra alors visible". Au delà du cartel et de ses alliés, la reprise de la production aux Etats-Unis inquiète les investisseurs. Ils craignent qu'à la faveur de prix plus élevés, les extractions de pétrole de schiste aux Etats-Unis ne soient relancées, ce pays n'ayant pris aucun engagement de réduction de l'offre. (Belga)



Le pétrole termine en nette hausse avant le comité de surveillance de l'Opep

20/01/2017 21:44 sur RTL info.

(Belga) Les cours du pétrole ont nettement monté vendredi à New York, repassant même de justesse dans le vert sur la semaine, avant une réunion du comité de surveillance des accords de réduction de l'offre conclus par l'Opep et ses partenaires.

Le prix du baril de référence (WTI) a progressé de 1,05 dollar à 52,42 dollars sur le contrat pour livraison en février au New York Mercantile Exchange (Nymex), dont c'était le dernier jour de cotation. "On s'attend à avoir des propos encourageants de la part de l'Opep pendant le week-end", a estimé John Kilduff de Again Capital. Cela a suffi à orienter à la hausse un marché qui s'est montré hésitant toute la semaine, le baril s'adjugeant finalement 5 cents par rapport au vendredi précédent. "Même si les cours sont de retour dans le milieu de leur fourchette de prix, nous remarquons que le marché évolue en dents de scie depuis qu'il est arrivé à ce niveau" dans la foulée de l'annonce fin 2016 des accords de réduction de l'offre, a indiqué Tim Evans de Citi dans une note. Entrés en vigueur le 1er janvier pour une période initiale de six mois, les deux accords de limitation de la production conclus par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), l'un en son sein et l'autre avec ses alliés dont la Russie, ont pour objectif de rééquilibrer le marché et de faire remonter le prix du baril. Un comité de surveillance se réunira ce week-end à Vienne pour vérifier que les pays engagés respectent leurs quotas de production. "Le respect des accords est bon", a estimé James Williams de WTRG avant de prévenir: "c'est la norme pour le premier mois de ce type d'accord, au bout de trois mois la triche deviendra alors visible". Au delà du cartel et de ses alliés, la reprise de la production aux Etats-Unis inquiète les investisseurs. Ils craignent qu'à la faveur de prix plus élevés, les extractions de pétrole de schiste aux Etats-Unis ne soient relancées, ce pays n'ayant pris aucun engagement de réduction de l'offre. (Belga)



Le pétrole termine en nette hausse avant le comité de surveillance de l'Opep

20/01/2017 21:44 sur RTL info.

(Belga) Les cours du pétrole ont nettement monté vendredi à New York, repassant même de justesse dans le vert sur la semaine, avant une réunion du comité de surveillance des accords de réduction de l'offre conclus par l'Opep et ses partenaires.

Le prix du baril de référence (WTI) a progressé de 1,05 dollar à 52,42 dollars sur le contrat pour livraison en février au New York Mercantile Exchange (Nymex), dont c'était le dernier jour de cotation. "On s'attend à avoir des propos encourageants de la part de l'Opep pendant le week-end", a estimé John Kilduff de Again Capital. Cela a suffi à orienter à la hausse un marché qui s'est montré hésitant toute la semaine, le baril s'adjugeant finalement 5 cents par rapport au vendredi précédent. "Même si les cours sont de retour dans le milieu de leur fourchette de prix, nous remarquons que le marché évolue en dents de scie depuis qu'il est arrivé à ce niveau" dans la foulée de l'annonce fin 2016 des accords de réduction de l'offre, a indiqué Tim Evans de Citi dans une note. Entrés en vigueur le 1er janvier pour une période initiale de six mois, les deux accords de limitation de la production conclus par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), l'un en son sein et l'autre avec ses alliés dont la Russie, ont pour objectif de rééquilibrer le marché et de faire remonter le prix du baril. Un comité de surveillance se réunira ce week-end à Vienne pour vérifier que les pays engagés respectent leurs quotas de production. "Le respect des accords est bon", a estimé James Williams de WTRG avant de prévenir: "c'est la norme pour le premier mois de ce type d'accord, au bout de trois mois la triche deviendra alors visible". Au delà du cartel et de ses alliés, la reprise de la production aux Etats-Unis inquiète les investisseurs. Ils craignent qu'à la faveur de prix plus élevés, les extractions de pétrole de schiste aux Etats-Unis ne soient relancées, ce pays n'ayant pris aucun engagement de réduction de l'offre. (Belga)



Le pétrole termine en nette hausse avant le comité de surveillance de l'Opep

20/01/2017 21:44 sur RTL info.

(Belga) Les cours du pétrole ont nettement monté vendredi à New York, repassant même de justesse dans le vert sur la semaine, avant une réunion du comité de surveillance des accords de réduction de l'offre conclus par l'Opep et ses partenaires.

Le prix du baril de référence (WTI) a progressé de 1,05 dollar à 52,42 dollars sur le contrat pour livraison en février au New York Mercantile Exchange (Nymex), dont c'était le dernier jour de cotation. "On s'attend à avoir des propos encourageants de la part de l'Opep pendant le week-end", a estimé John Kilduff de Again Capital. Cela a suffi à orienter à la hausse un marché qui s'est montré hésitant toute la semaine, le baril s'adjugeant finalement 5 cents par rapport au vendredi précédent. "Même si les cours sont de retour dans le milieu de leur fourchette de prix, nous remarquons que le marché évolue en dents de scie depuis qu'il est arrivé à ce niveau" dans la foulée de l'annonce fin 2016 des accords de réduction de l'offre, a indiqué Tim Evans de Citi dans une note. Entrés en vigueur le 1er janvier pour une période initiale de six mois, les deux accords de limitation de la production conclus par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), l'un en son sein et l'autre avec ses alliés dont la Russie, ont pour objectif de rééquilibrer le marché et de faire remonter le prix du baril. Un comité de surveillance se réunira ce week-end à Vienne pour vérifier que les pays engagés respectent leurs quotas de production. "Le respect des accords est bon", a estimé James Williams de WTRG avant de prévenir: "c'est la norme pour le premier mois de ce type d'accord, au bout de trois mois la triche deviendra alors visible". Au delà du cartel et de ses alliés, la reprise de la production aux Etats-Unis inquiète les investisseurs. Ils craignent qu'à la faveur de prix plus élevés, les extractions de pétrole de schiste aux Etats-Unis ne soient relancées, ce pays n'ayant pris aucun engagement de réduction de l'offre. (Belga)



Le pétrole termine en nette hausse avant le comité de surveillance de l'Opep

20/01/2017 21:44 sur RTL info.

(Belga) Les cours du pétrole ont nettement monté vendredi à New York, repassant même de justesse dans le vert sur la semaine, avant une réunion du comité de surveillance des accords de réduction de l'offre conclus par l'Opep et ses partenaires.

Le prix du baril de référence (WTI) a progressé de 1,05 dollar à 52,42 dollars sur le contrat pour livraison en février au New York Mercantile Exchange (Nymex), dont c'était le dernier jour de cotation. "On s'attend à avoir des propos encourageants de la part de l'Opep pendant le week-end", a estimé John Kilduff de Again Capital. Cela a suffi à orienter à la hausse un marché qui s'est montré hésitant toute la semaine, le baril s'adjugeant finalement 5 cents par rapport au vendredi précédent. "Même si les cours sont de retour dans le milieu de leur fourchette de prix, nous remarquons que le marché évolue en dents de scie depuis qu'il est arrivé à ce niveau" dans la foulée de l'annonce fin 2016 des accords de réduction de l'offre, a indiqué Tim Evans de Citi dans une note. Entrés en vigueur le 1er janvier pour une période initiale de six mois, les deux accords de limitation de la production conclus par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), l'un en son sein et l'autre avec ses alliés dont la Russie, ont pour objectif de rééquilibrer le marché et de faire remonter le prix du baril. Un comité de surveillance se réunira ce week-end à Vienne pour vérifier que les pays engagés respectent leurs quotas de production. "Le respect des accords est bon", a estimé James Williams de WTRG avant de prévenir: "c'est la norme pour le premier mois de ce type d'accord, au bout de trois mois la triche deviendra alors visible". Au delà du cartel et de ses alliés, la reprise de la production aux Etats-Unis inquiète les investisseurs. Ils craignent qu'à la faveur de prix plus élevés, les extractions de pétrole de schiste aux Etats-Unis ne soient relancées, ce pays n'ayant pris aucun engagement de réduction de l'offre. (Belga)



Le pétrole termine en nette hausse avant le comité de surveillance de l'Opep

20/01/2017 21:44 sur RTL info.

(Belga) Les cours du pétrole ont nettement monté vendredi à New York, repassant même de justesse dans le vert sur la semaine, avant une réunion du comité de surveillance des accords de réduction de l'offre conclus par l'Opep et ses partenaires.

Le prix du baril de référence (WTI) a progressé de 1,05 dollar à 52,42 dollars sur le contrat pour livraison en février au New York Mercantile Exchange (Nymex), dont c'était le dernier jour de cotation. "On s'attend à avoir des propos encourageants de la part de l'Opep pendant le week-end", a estimé John Kilduff de Again Capital. Cela a suffi à orienter à la hausse un marché qui s'est montré hésitant toute la semaine, le baril s'adjugeant finalement 5 cents par rapport au vendredi précédent. "Même si les cours sont de retour dans le milieu de leur fourchette de prix, nous remarquons que le marché évolue en dents de scie depuis qu'il est arrivé à ce niveau" dans la foulée de l'annonce fin 2016 des accords de réduction de l'offre, a indiqué Tim Evans de Citi dans une note. Entrés en vigueur le 1er janvier pour une période initiale de six mois, les deux accords de limitation de la production conclus par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), l'un en son sein et l'autre avec ses alliés dont la Russie, ont pour objectif de rééquilibrer le marché et de faire remonter le prix du baril. Un comité de surveillance se réunira ce week-end à Vienne pour vérifier que les pays engagés respectent leurs quotas de production. "Le respect des accords est bon", a estimé James Williams de WTRG avant de prévenir: "c'est la norme pour le premier mois de ce type d'accord, au bout de trois mois la triche deviendra alors visible". Au delà du cartel et de ses alliés, la reprise de la production aux Etats-Unis inquiète les investisseurs. Ils craignent qu'à la faveur de prix plus élevés, les extractions de pétrole de schiste aux Etats-Unis ne soient relancées, ce pays n'ayant pris aucun engagement de réduction de l'offre. (Belga)



Le pétrole termine en nette hausse avant le comité de surveillance de l'Opep

20/01/2017 21:44 sur RTL info.

(Belga) Les cours du pétrole ont nettement monté vendredi à New York, repassant même de justesse dans le vert sur la semaine, avant une réunion du comité de surveillance des accords de réduction de l'offre conclus par l'Opep et ses partenaires.

Le prix du baril de référence (WTI) a progressé de 1,05 dollar à 52,42 dollars sur le contrat pour livraison en février au New York Mercantile Exchange (Nymex), dont c'était le dernier jour de cotation. "On s'attend à avoir des propos encourageants de la part de l'Opep pendant le week-end", a estimé John Kilduff de Again Capital. Cela a suffi à orienter à la hausse un marché qui s'est montré hésitant toute la semaine, le baril s'adjugeant finalement 5 cents par rapport au vendredi précédent. "Même si les cours sont de retour dans le milieu de leur fourchette de prix, nous remarquons que le marché évolue en dents de scie depuis qu'il est arrivé à ce niveau" dans la foulée de l'annonce fin 2016 des accords de réduction de l'offre, a indiqué Tim Evans de Citi dans une note. Entrés en vigueur le 1er janvier pour une période initiale de six mois, les deux accords de limitation de la production conclus par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), l'un en son sein et l'autre avec ses alliés dont la Russie, ont pour objectif de rééquilibrer le marché et de faire remonter le prix du baril. Un comité de surveillance se réunira ce week-end à Vienne pour vérifier que les pays engagés respectent leurs quotas de production. "Le respect des accords est bon", a estimé James Williams de WTRG avant de prévenir: "c'est la norme pour le premier mois de ce type d'accord, au bout de trois mois la triche deviendra alors visible". Au delà du cartel et de ses alliés, la reprise de la production aux Etats-Unis inquiète les investisseurs. Ils craignent qu'à la faveur de prix plus élevés, les extractions de pétrole de schiste aux Etats-Unis ne soient relancées, ce pays n'ayant pris aucun engagement de réduction de l'offre. (Belga)



Publifin - La Fédération liégeoise du PS veut répondre à "l'émotion légitime de la population"

20/01/2017 21:10 sur L'Avenir.net.

Le Comité fédéral de la Fédération liégeoise du PS, qui s'est réuni ce vendredi, a perçu "l'émotion légitime de la population ainsi que de l'ensemble des militants du PS comme un signal fort de l'inquiétude de la gestion des deniers publics auquel le Comité fédéral entend donner des premières réponses", a-t-il fait savoir vendredi soir alors que le scandale Publifin est au coeur des débats.



Plus d’un millier de manifestants à Bruxelles contre la politique de Donald Trump

20/01/2017 20:02 sur Sud Presse. Posté dans Belgique

À l’initiative du mouvement Climat et Justice sociale et du groupe de femmes Lights4Rights!, plus d’un millier de personnes, selon la police, se sont rassemblées vendredi, place de la Monnaie à Bruxelles, pour protester contre le programme du nouveau président américain Donald Trump, en marge de son discours d’investiture.



Menaces, vêtements brûlés, vitres brisées, chiens lâchés…: trois frères et leur bande font vivre un enfer aux habitants d’un quartier à Haacht

20/01/2017 17:31 sur Sud Presse. Posté dans Belgique

Les habitants du quartier Hoogland, à Haacht, une commune à quelques kilomètres au nord de Bruxelles, vivent l’enfer depuis l’arrivée il y a quelques années d’une mère de famille et de ses trois enfants. Ces derniers sèmeraient, avec leur bande, la terreur dans les environs.



Electrabel veut se serrer la ceinture

20/01/2017 17:21 sur Sud Presse. Posté dans Belgique

La société énergétique Engie Electrabel veut faire des économies, a indiqué le secrétaire syndical ACV (CSC) Jurgen Geeroms vendredi à l’issue d’un conseil d’entreprise extraordinaire. Des licenciements ne sont pas à l’ordre du jour, mais il est question de 275 départs volontaires. Electrabel confirme un plan d’économie de 430 millions dans le Benelux d’ici 2018.



Publifin: le PTB veut que les syndicats aient un droit de contrôle sur les directions

20/01/2017 16:38 sur Sud Presse. Posté dans Belgique

Le PTB a à son tour avancé vendredi ses propositions de réforme des intercommunales à la suite du scandale Publifin, certaines recoupant des propositions déjà formulées par d’autres partis cette semaine, d’autres allant plus loin, comme celle prônant un droit de contrôle des organisations syndicales sur les comités de direction.



Prothèses mammaires frauduleuses: le certificateur allemand du fabricant PIP condamné à verser 60 millions d’euros en France

20/01/2017 16:21 sur Sud Presse. Posté dans Monde

TÜV, le certificateur allemand des prothèses mammaires frauduleuses du fabricant français PIP, a été condamné vendredi par le tribunal de commerce de Toulon, dans le sud-est de la France, à indemniser 20.000 plaignantes à hauteur de 3.000 euros chacune, en provision du préjudice subi.