"Erreur d’encodage" à l’intercommunale Brutélé: deux administrateurs socialistes ont touché erronément 17.000 euros chacun!

19/02/2017 19:31 sur Sud Presse. Posté dans Belgique

Les administrateurs suppléants chez Brutélé, perçoivent des sommes d’argent indues depuis 2013. Au total, plus de 34.000 € ont ainsi été versés à titre de rémunération. L’intercommunale Brutélé confirme l’information mais l’explique par «une simple erreur d’encodage.» Sa président Anne-Marie Boeckaert, présidente du conseil d’administration, l’affirme dans un entretien accordé à Sudpresse: «C’est une employée administrative qui a commis la faute. Les deux administrateurs ont promis de rembourser la somme.»



Une grue géante est arrivée sur les lieux du déraillement à Louvain: les réparations ont débuté, les perturbations persistent

19/02/2017 19:29 sur RTL info.

Une grue géante capable de soulever 700 tonnes est prête à agir sur le site de l'accident ferroviaire à Louvain. Avant son arrivée, il a fallu couper des arbres et créer un véritable pont, fait de remblais et de plaques de métal. Désormais, l'évacuation peut commencer. "On a fait appel à une grue routière parce que la configuration des lieux au niveau des voies ne permettait pas de faire venir une grue ferroviaire. La grue qui est là va travailler toute la nuit et vraisemblablement une bonne partie de la journée de lundi pour évacuer les trois wagons qui devront d'abord être enlevés du site et évacués dans un second temps", explique Frédéric Sacré, porte-parole d'Infrabel, le gestionnaire du réseau ferroviaire.

Les caténaires et les voies de chemins de fer devront être réparés et inspectés. Mais le plus préoccupant reste la signalisation. "Là il y a encore quelques inconnues puisqu'à l'endroit de l'accident il y a des boîtiers qui alimentent la signalisation sur les trois lignes en question. Dès que la dernière voiture aura été retirée, on aura un état des lieux plus précis des dégâts à la signalisation, et donc du timing dans lequel on pourra remettre en service les différentes lignes", précise Frédéric Sacré.


Le point sur les trains maintenus ou supprimés

La SNCB et Infrabel ont prévu un plan de transport alternatif pour le début de la semaine à la suite du déraillement d'un train, samedi, à proximité de la gare de Louvain, annoncent les deux sociétés dans un communiqué. Un "service normal de base" sera assuré vers Bruxelles lundi, notamment les trains IC. D'autres lignes restent par contre interrompues.

Les trains IC vers Bruxelles emprunteront la ligne 36N au lieu de la ligne 36 sur laquelle le train a déraillé. La portion de la ligne 36 entre Louvain et Herent n'étant toujours pas utilisable, plusieurs trains P vers et de Bruxelles seront cependant supprimés. Il s'agit de trains entre Visé et Bruxelles-Midi, Landen et Bruxelles-Midi ainsi que Genk et Bruxelles-Midi. Le train S9 entre Louvain et Braine-l'Alleud circulera uniquement entre Braine-l'Alleud et Bruxelles-Luxembourg. 

La circulation reprendra également lundi matin sur la ligne 53 Malines-Louvain, avec un service à voie unique entre Louvain et la bifurcation de Dijlebrug, ainsi que sur la ligne 35 Louvain-Aarschot. 

Les trains internationaux (ICE et Thalys) roulent normalement. 

Le bon conseil, c'est en tout cas de s'informer sur le site de la SNCB si vous devez prendre le train, surtout s'il passe par Leuven.


Le point sur l'enquête

De nombreuses incertitudes persistent concernant la cause du déraillement. Les enquêteurs ont déjà exclu un mauvais aiguillage. Est-ce alors un problème de vitesse? Une erreur humaine? Un élément extérieur? Le parquet de Louvain se refuse à faire tout commentaire. Le conducteur du train a pu donner sa version des faits aux enquêteurs. "Hier après-midi nous avons entendu le conducteur du train dans le cadre de l'enquête. Mais pour le moment nous ne donnons aucune information supplémentaire à ce sujet", a expliqué Sarah Callewaert, porte-parole du parquet de Louvain.

Le bilan final est d'un mort et 27 blessés. La seule information disponible concernant la victime mortelle est qu'il s'agit d'un jeune homme de 21 ans originaire du Brabant wallon.



Déraillement d'un train à Louvain - Les trains IC vers Bruxelles circuleront lundi, plusieurs lignes interrompues

19/02/2017 19:16 sur RTL info.

(Belga) La SNCB et Infrabel ont prévu un plan de transport alternatif pour le début de la semaine à la suite du déraillement d'un train, samedi, à proximité de la gare de Louvain, annoncent les deux sociétés dans un communiqué. Un "service normal de base" sera assuré vers Bruxelles lundi, notamment les trains IC. D'autres lignes restent par contre interrompues.

Les trains IC vers Bruxelles emprunteront la ligne 36N au lieu de la ligne 36 sur laquelle le train a déraillé. La portion de la ligne 36 entre Louvain et Herent n'étant toujours pas utilisable, plusieurs trains P vers et de Bruxelles seront cependant supprimés. Il s'agit de trains entre Visé et Bruxelles-Midi, Landen et Bruxelles-Midi ainsi que Genk et Bruxelles-Midi. Le train S9 entre Louvain et Braine l'Alleud circulera uniquement entre Braine l'Alleud et Bruxelles-Luxembourg. Les trains internationaux (ICE et Thalys) roulent normalement. La circulation reprendra également lundi matin sur la ligne 53 Malines-Louvain - avec un service à voie unique entre Louvain et la bifurcation de Dijlebrug - ainsi que sur la ligne 35 Louvain-Aarschot. Concernant la remise en état de l'infrastructure, fortement endommagée, des travaux préparatoires ont été lancés dans la nuit de samedi à dimanche, selon le communiqué. Un accès provisoire et une plateforme destinée à accueillir une grue géante ont été aménagés à proximité du lieu de l'accident. La grue doit dégager les trois voitures impliquées avant leur évacuation, soit par le rail, soit par la route. Une opération "complexe" qui durera toute la nuit de dimanche à lundi et se prolongera pendant la journée de lundi. "Infrabel et la SNCB mettent tout en œuvre pour rétablir totalement le trafic", ajoutent les deux sociétés. Le plan de transport adapté est susceptible d'évoluer en fonction des opérations sur le site de l'accident. (Belga)



Présidentielle française - Manifestations pour dénoncer la "corruption" en politique

19/02/2017 19:16 sur RTL info.

(Belga) Des manifestations contre la "corruption" en politique se sont déroulées dimanche à Paris et ailleurs en France, une première depuis les accusations d'emplois fictifs visant le candidat de droite à la présidentielle François Fillon et la candidate d'extrême droite Marine Le Pen.

Les manifestants, au nombre de 700 à Paris selon la police, ont répondu à un appel lancé sur les réseaux sociaux pour dénoncer le fait "d'être gouvernés par un corps élu qui a la possibilité de pratiquer l'inverse de ce qu'il défend". D'autres rassemblements seront organisés dimanche prochain, à moins de deux mois de la présidentielle (23 avril - 7 mai). François Fillon, qui avait fait de la probité un thème clé de son début de campagne, est empêtré depuis plusieurs semaines dans une affaire d'emplois fictifs présumés accordés à sa femme et deux de ses enfants pour laquelle la justice a ouvert une enquête. Après avoir promis dans un premier temps qu'il se retirerait de la course à la présidence s'il était inculpé, il affirme désormais qu'il ne renoncera pas à sa campagne en cas d'inculpation. La chef du Front national Marine Le Pen est quant à elle visée par une enquête de l'organisme anti-fraude de l'Union européenne pour l'emploi fictif d'assistants au Parlement européen. Elle a déposé plainte contre cet organisme, qu'elle accuse d'irrégularités dans la procédure et de vouloir lui "nuire à des fins politiciennes". "Au trou les corrompus", "Fillon en prison, la corruption est un poison", "Ils ont les mains sales", pouvait-on notamment lire sur les pancartes brandies. "Au-delà d'eux, c'est un problème de système", a jugé l'écrivain Alexandre Jardin, présent dans la foule, qui réclame "a minima un contrôle par la Cour des comptes" (juridiction financière de l'ordre administratif) de "l'argent de nos élus". "C'est bien parce que ce n'est pas fait que les colères montent", juge-t-il. D'autres manifestations se sont déroulées dans plusieurs villes. A Toulouse (sud-ouest), quelque 200 personnes se sont réunies en frappant sur des casseroles et scandant ponctuellement "Non à la corruption". On pouvait aussi lire une pancarte proclamant "Emplois fictifs pour tous". A Saint-Omer (nord), une banderole "expressive" a été placardée afin que chacun puisse écrire ses doléances contre la corruption. (Belga)



Italie: des palmiers incendiés sur fond de polémique raciste à Milan

19/02/2017 18:59 sur RTL info.

(Belga) Des palmiers installés face à la cathédrale de Milan, dans le nord de l'Italie, ont été incendiés par des inconnus, après que l'apparition de ces arbres a déclenché une polémique sur le recours à des plantes "tropicales" devant un monument national.

Les inconnus ont mis le feu au cours de la nuit de samedi à dimanche à trois des 42 palmiers installés devant la cathédrale, le Duomo, mais seul le tronc d'un des arbres incendiés a subi d'importants dégâts, selon des photos prises par un photographe de l'AFP. Samedi, des manifestants rassemblés à l'appel du parti anti-immigration Ligue du Nord et du mouvement d'extrême droite CasaPound avaient dénoncé "l'africanisation" de la Piazza Del Duomo. Les palmiers, dont certains atteignent cinq mètres, étaient apparus jeudi face à la célèbre cathédrale gothique du XIVe siècle, déclenchant aussitôt la polémique concernant la présence d'arbres exotiques dans cette ville du nord de l'Italie. Leurs détracteurs ont surtout souligné que le projet, qui prévoit aussi l'installation de bananiers, est sponsorisé par le groupe Starbucks. Le géant américain du café ambitionne de conquérir le marché italien, dominé jusqu'à présent par des bars indépendants qui servent le fameux espresso, boisson nationale en Italie. Les palmiers ne sont pas originaires de la péninsule italienne, mais ils font désormais partie du paysage dans des régions plus méridionales comme à Rome, sur la Riviera ou en Sicile. Certains palmiers ont été importés en Italie par l'aristocratie avide de nouveautés aux XVIIIe et XIXe siècles, puis érigés par le dictateur Benito Mussolini en symboles de l'empire colonial italien. (Belga)



Déraillement d’un train à Louvain: les trains IC vers Bruxelles circuleront lundi, plusieurs lignes interrompues

19/02/2017 18:55 sur Sud Presse. Posté dans Belgique

La SNCB et Infrabel ont prévu un plan de transport alternatif pour le début de la semaine à la suite du déraillement d’un train, samedi, à proximité de la gare de Louvain, annoncent les deux sociétés dans un communiqué. Un «service normal de base» sera assuré vers Bruxelles lundi, notamment les trains IC. D’autres lignes restent par contre interrompues.



Un policier tué et 31 personnes blessées dans une explosion à Bogota

19/02/2017 18:25 sur RTL info.

Un policier a été tué et 31 personnes blessées dimanche dans une explosion survenue près des arènes de Bogota, a annoncé le maire de la capitale colombienne.

"Je déplore la mort de l'agent de police John Herrera", a écrit Enrique Penalosa sur Twitter, tandis que la mairie évoquait "31 blessés, dont deux dans un état grave" dans l'explosion survenue près des arènes où les corridas, qui viennent de reprendre après quatre ans d'interruption, provoquent une vague de protestations.



Quand Donald Trump invente un attentat en Suède

19/02/2017 18:19 sur RTL info.

Donald Trump a laissé la Suède perplexe, voire goguenarde, lors d'un discours prononcé samedi où il devisait sur la crise des réfugiés et l'insécurité dans le monde, et a évoqué un attentat commis dans le pays scandinave -- qui n'a en fait jamais eu lieu.

"Regardez ce qui se passe en Allemagne, regardez ce qui s'est passé hier soir en Suède. La Suède, qui l'aurait cru? La Suède. Ils ont accueilli beaucoup de réfugiés, et maintenant ils ont des problèmes comme ils ne l'auraient jamais pensé" a lancé le président américain, dans un discours virulent en Floride.

Il a également cité les attentats, bien réels ceux-là, de Bruxelles, Nice et Paris.

Une porte-parole de M. Trump n'a pas donné suite à une demande de clarification de l'AFP.

Et le ministère suédois des Affaires étrangères a activé son ambassade à Washington pour en savoir plus. "Nous avons contacté le (département d'Etat) américain pour comprendre et obtenir clarification", a déclaré à l'AFP Catarina Axelsson, une porte-parole du ministère suédois.

Hors du milieu feutré de la diplomatie, les railleries sont allées bon train, notamment sur les réseaux sociaux.

Très vite, la fausse information a fait le tour de Twitter, sous les hashtags #lastnightinSweden (hier soir en Suède) et #SwedenIncident (incident en Suède).

L'ex-Premier ministre suédois Carl Bildt a ouvert le feu : "La Suède? Un attentat? Qu'est-ce qu'il a fumé?".

Gunnar Hokmark, un eurodéputé suédois, a retweetté un message d'un compatriote disant : "hier soir en Suède, mon fils a laissé tomber son hot-dog dans le feu de camp. C'est tellement triste".

"Mais comment (Trump) a-t-il pu le savoir?" se demande le député dans son commentaire.

D'autres tweets se moquent de M. Trump, publiant sous l'appellation de "plan secret pour un attentat en Suède"... des instructions de montage de meubles Ikea.

Le site officiel national @sweden, qui est tenu chaque semaine par un citoyen suédois différent, a reçu quelque 800 questions en quatre heures.

"Non. Rien de ce genre ne s'est passé en Suède. Il n'y a pas eu d'attaque terroriste. Du tout", a répondu la responsable de la semaine, une bibliothécaire mère de famille.

Ce n'est pas la première fois que des membres de l'administration Trump font référence à des attentats inexistants - expliqués ensuite par des lapsus.

La conseillère de Donald Trump Kellyanne Conway -qui a inventé la notion de "faits alternatifs"- a fait allusion au "massacre de Bowling Green" lors d'une interview. Elle a expliqué ensuite qu'elle voulait parler des "terroristes de Bowling Green", deux Irakiens inculpés en 2011 pour avoir tenté d'envoyer de l'argent et des armes à al-Qaïda.

Et le porte-parole de la Maison Blanche, Sean Spicer, a parlé trois fois en une semaine de l'"attentat d'Atlanta" (Géorgie) - avant de se souvenir que celui-ci avait en réalité eu lieu à Orlando, en Floride.



Décès du président de la FNSEA Xavier Beulin à 58 ans

19/02/2017 18:16 sur RTL info.

Le principal syndicat agricole français, la FNSEA, a annoncé dimanche le "décès brutal", à l'âge de 58 ans, de son président Xavier Beulin, qui était aussi le patron du groupe Avril.

"La FNSEA fait la douloureuse annonce du décès brutal de son président Xavier Beulin", a indiqué la fédération agricole dans un communiqué.

Le groupe Avril (agroalimentaire) a également annoncé le décès de son dirigeant dans un communiqué distinct, en adressant "ses pensées à son épouse Laurence et à ses enfants".

"Âgé de 58 ans, il a donné tout ce qu'il avait pour les idées d'un syndicalisme ouvert et indépendant", a écrit la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles) dans son communiqué.

"Engagé depuis l'âge de 17 ans pour l'agriculture, Xavier Beulin a donné au syndicalisme et aux filières agricoles des lettres de noblesse et un élan incomparable", poursuit le syndicat, qui exprime sa "tristesse".

Parallèlement à ses fonctions à la tête du principal syndical agricole, M. Beulin était le président du groupe Avril (marques Lesieur, Puget, Matines). Celui-ci a salué, dans son communiqué, "son énergie, son charisme et sa vision, qui ont permis l'émergence de ce qui est aujourd'hui un champion français".

M. Beulin a "oeuvré sans relâche au développement de l'agriculture française, toujours dans l'intérêt général, comme en témoigne son parcours syndical, qui l'a mené jusqu'à la présidence de la FNSEA", a encore souligné le groupe Avril.



Kraft Heinz a renoncé "à l'amiable" à racheter Unilever

19/02/2017 18:12 sur RTL info.

Le groupe américain Kraft Heinz a accepté "à l'amiable" de renoncer à créer un mastodonte mondial de la grande consommation en rachetant l'anglo-néerlandais Unilever, ont annoncé dimanche les deux groupes.

Une proposition de Kraft Heinz dévoilée vendredi, mais rejetée par Unilever, valorisait ce dernier à quelque 143 milliards de dollars.

Le groupe anglo-néerlandais l'avait jugée trop faible, disant n'y voir "aucun avantage, qu'il soit financier ou stratégique" pour ses actionnaires. Kraft Heinz s'était toutefois initialement obstiné, disant toujours espérer "pouvoir conclure un accord sur les termes d'une transaction".

Finalement, "Kraft Heinz a accepté à l'amiable de retirer sa proposition pour rapprocher les deux entreprises", ont annoncé les deux groupes dimanche dans un bref communiqué.

"Unilever et Kraft Heinz se tiennent respectivement en haute estime. Kraft Heinz a le plus grand respect pour la culture, la stratégie et la direction d'Unilever", assure encore leur texte commun.



M. Michel "très heureux" de rencontrer le vice-président américain

19/02/2017 18:10 sur L'Avenir.net.

Le Premier ministre belge Charles Michel a accueilli dimanche soir le vice-président américain Mike Pence en visite à Bruxelles dans le cadre de sa première tournée à l'étranger depuis son entrée en fonction le 20 janvier dernier, en lui souhaitant la bienvenue au château de Val-Duchesse, sur fond d'incertitudes sur la future politique étrangère des Etats-Unis.



"C'est comme ça que les dictateurs commencent": un sénateur et ancien candidat républicain à la présidence met en garde contre Trump

19/02/2017 18:04 sur RTL info.

Le sénateur John McCain, ancien candidat républicain à la Maison Blanche, a estimé dimanche sur la chaîne américaine NBC que les tentatives répétées du président des Etats-Unis Donald Trump de museler la presse s'apparentaient à des pratiques dictatoriales. "C'est comme ça que les dictateurs commencent", a-t-il déclaré. "Je déteste la presse. Mais ça n'empêche pas que nous ayons besoin de vous", a-t-il dit dans une entrevue accordée à la chaîne de télévision NBC.

Selon le sénateur, les Etats-Unis ont besoin d'une presse libre et d'opposition afin de "préserver la démocratie, telle qu'on la connaît". "Sans ça, je crains que nous ne perdions peu à peu nos libertés individuelles. C'est comme ça que les dictateurs commencent. Si vous regardez l'Histoire, la première chose que font les dictateurs, c'est attaquer la presse, fermer les journaux", a-t-il poursuivi. "Je ne dis pas que le président Trump cherche à être un dictateur, je dis seulement qu'il faut tirer des leçons de l'Histoire".

Donald Trump a tenu vendredi une conférence de presse lors de laquelle il s'en est pris aux "médias malhonnêtes". Il a ensuite tweeté que la presse était désormais "l'ennemie du peuple américain".



Deux jeunes femmes s’en prennent à des policiers après un vol à l’étalage

19/02/2017 17:57 sur Sud Presse. Posté dans Belgique

Deux jeunes femmes s’en sont pris à trois policiers à Anvers samedi, après que la sœur de l’une d’entre elles a été interpellée pour un vol à l’étalage sur l’artère commerciale, le Meir. Les trois inspecteurs sont légèrement blessés et ont une incapacité de travail de deux jours, a indiqué la police locale anversoise.



Le sénateur John McCain met en garde contre le musèlement de la presse

19/02/2017 17:53 sur RTL info.

(Belga) Le sénateur John McCain, ancien candidat républicain à la Maison Blanche, a estimé dimanche sur la chaîne américaine NBC que les tentatives répétées du président des Etats-Unis Donald Trump de museler la presse s'apparentaient à des pratiques dictatoriales. "C'est comme ça que les dictateurs commencent", a-t-il déclaré.

"Je déteste la presse. Mais ça n'empêche pas que nous ayons besoin de vous", a-t-il dit dans une entrevue accordée à la chaîne de télévision NBC. Selon le sénateur, les Etats-Unis ont besoin d'une presse libre et d'opposition afin de "préserver la démocratie, telle qu'on la connaît". "Sans ça, je crains que nous ne perdions peu à peu nos libertés individuelles. C'est comme ça que les dictateurs commencent. Si vous regardez l'Histoire, la première chose que font les dictateurs, c'est attaquer la presse, fermer les journaux", a-t-il poursuivi. "Je ne dis pas que le président Trump cherche à être un dictateur, je dis seulement qu'il faut tirer des leçons de l'Histoire". Donald Trump a tenu vendredi une conférence de presse lors de laquelle il s'en est pris aux "médias malhonnêtes". Il a ensuite tweeté que la presse était désormais "l'ennemie du peuple américain". (Belga)



Manifestations pour dénoncer la corruption des élus dans plusieurs villes

19/02/2017 17:53 sur RTL info.

"Au trou les corrompus" et "à bas les privilèges": des manifestations dans plusieurs villes, notamment Paris et Toulouse, ont dénoncé dans le calme dimanche les affaires d'emplois fictifs présumés touchant François Fillon et Marine Le Pen.

Répondant à un appel lancé sur les réseaux sociaux sur le modèle de Nuit debout -ces rassemblements citoyens organisés au printemps dernier-, les manifestants jugent intolérable "d'être gouvernés par un corps élu qui a la possibilité de pratiquer l'inverse de ce qu'il défend", comme l'affirme le texte de l'appel.

"Fillon en prison, la corruption est un poison", "Il n'y a pas d'autorité sans exemplarité: Fillon 18 novembre 2016", "Touche pas au grisbi Penelope": de nombreuses pancartes brandies dans la foule de 700 personnes selon la police, place de la République à Paris, ont visé le candidat de la droite à la présidentielle, empêtré dans une affaire d'emplois fictifs présumés accordés à sa femme et deux de ses enfants.

Annie, 71 ans, qui se définit comme une électrice de gauche, a fabriqué une petite pancarte pour prévenir François Fillon : "Si tu es au second tour, on ne se déplacera pas".

"On ne peut pas élire un escroc. J'ai voté Chirac en 2002, mais si c'est Fillon-Le Pen, ils se démerderont sans moi", a expliqué cette manifestante au regard vert et à la chevelure bouclée.

Patrice Roblet, retraité de 66 ans venu du Val d'Oise, a cité Jérome Cahuzac et François Fillon, mais aussi Donald Trump, pour dire : "Il ne faudrait pas, en plus, qu'ils fassent la morale aux autres".

Et sa désillusion vis-à-vis des élus est grande : "Ils votent leurs lois et leurs privilèges, on ne s'en est pas sortis en fin de compte depuis la Révolution", dit-il, brandissant une pancarte sur laquelle on peut lire "abolition des privilèges et de la monarchie".

Outre François Fillon, la candidate FN à la présidentielle Marine Le Pen est elle aussi confrontée à des soupçons d'emploi fictif de son garde du corps comme assistant au Parlement européen.

Mais, "au-delà d'eux, c'est un problème de système", a observé l'écrivain Alexandre Jardin, présent dans la foule, qui a réclamé "a minima un contrôle par la Cour des comptes" de "l'argent de nos élus". "C'est bien parce que ce n'est pas fait, que les colères montent", juge-t-il.

A Toulouse, parmi des pancartes demandant "François rends-nous le million" ou "emplois fictifs pour tous", quelque 200 personnes se sont réunies place du Capitole, frappant sur des casseroles et scandant ponctuellement "Non à la corruption".

A Saint-Omer (Pas-de-Calais), une banderole "expressive" a été placardée sur la Grand-Place, afin que chacun puisse écrire ses doléances contre la corruption.

D'autres rassemblements ont eu lieu à Lyon, à Angers ou à Lille. Les organisateurs promettent de nouveaux rassemblements dimanche prochain.



Géorgie: manifestation pour l'indépendance d'une chaîne TV d'opposition

19/02/2017 17:49 sur RTL info.

Des milliers de Géorgiens ont manifesté dimanche à Tbilissi, accusant le gouvernement de tenter de prendre le contrôle d'une chaîne de télévision de l'opposition.

"Nous ne laisserons pas le gouvernement restreindre la liberté des médias dans ce pays", a déclaré devant les manifestants Diana Jojoua, l'une des présentatrices de la chaîne Roustavi 2, la plus populaire de Géorgie.

"Ensemble, nous allons protéger Roustavi 2 et la liberté d'expression en Géorgie", a-t-elle lancé.

Des milliers de personnes défilaient le long du principal axe de circulation de Tbilissi, l'avenue Roustaveli, selon un journaliste de l'AFP sur place.

Roustavi 2, qui a cessé d'émettre samedi et jusqu'à 11H00 GMT dimanche en signe de protestation, accuse le gouvernement de chercher à prendre son contrôle à travers l'ancien propriétaire Kibar Khalvachi.

Cet homme d'affaires, réputé proche du pouvoir, avait saisi en 2015 la justice en affirmant avoir vendu Roustavi 2 sous la pression du gouvernement précédent, il y a une dizaine d'années.

La justice géorgienne, qui avait gelé en août les avoirs de Roustavi 2, lui a donné raison, en 2015 et en 2016, et ordonné que la chaîne lui soit restituée.

La Cour suprême géorgienne doit confirmer ou infirmer ces décisions dans les prochains jours.

Bien que le président géorgien Guiorgui Margvelachvili a assuré, via son porte-parole, son "soutien entier à tous les médias et notamment à Roustavi 2 qui a été de nombreuses fois menacée", l'opposition dénonce une tentative de pression du gouvernement.

Une dizaine d'associations géorgiennes dédiées à la protection des droits civiques ont publié un communiqué commun dans lequel elles affirment que les verdicts en faveur de M. Khalvachi sont "illégaux" et qu'ils "sapent fondamentalement la liberté des médias".

Fondée en 1994, Roustavi 2 est la télévision la plus populaire de Géorgie. En 2003, elle avait joué un rôle important lors de la révolution de la Rose qui avait conduit au pouvoir l'ex-président Mikheïl Saakachvili.

La chaîne a depuis été souvent critiquée pour sa couverture favorable au parti de M. Saakachvili, remplacé après les élections législatives de 2012 par son ennemi juré, Bidzina Ivanichvili, dont la coalition est depuis au pouvoir.



Affaire Théo: Ribéry lui rend visite et lui offre un maillot du Bayern

19/02/2017 17:45 sur RTL info.

Le footballeur français du Bayern Munich Franck Ribéry a rendu visite à Théo, le jeune homme victime d'un viol présumé lors d'une interpellation, et lui a offert un maillot dédicacé par les joueurs du club allemand, selon une photo postée dimanche sur la page Facebook "Justice pour Théo".

"Théo est un grand fan de Franck Ribery et a été très ému de cette visite", est-il écrit sur cette page Facebook tenue par des proches du jeune homme.

Celui-ci a quitté l'hôpital jeudi, deux semaines après son viol présumé lors d'une interpellation brutale le 2 février à Aulnay-Sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Quatre policiers ont été mis en examen, dont un pour viol, dans cette affaire devenue hautement politique.

Lors de la visite que lui a rendue le président de la République François Hollande à l'hôpital le 7 février, le jeune homme portait un maillot de l'Inter Milan. Le club italien a ensuite invité Théo à venir voir un match au stade San Siro dès que son état de santé le lui permettrait.

D'autres footballeurs avaient fait part de leur soutien, comme l'Algérien Riyad Mahrez, Ballon d'Or africain, ou l'international français de Newcastle Moussa Sissoko, originaire d'Aulnay-sous-Bois.



A Marie-Galante, les planteurs de cannes très inquiets pour leur avenir

19/02/2017 17:39 sur RTL info.

La situation des planteurs de canne de Marie-Galante, en Guadeloupe, sera "catastrophique même si la convention permettant de débloquer les fonds pour l'usine de sucre est signée" a estimé samedi le directeur de la coopérative des 1.800 planteurs de Marie-Galante, qui ont bloqué l'île vendredi.

Les planteurs de Marie-Galante souhaitaient par ce blocage alerter la population sur leur situation, menacée par le retard pris dans le démarrage de la récolte sucrière, conditionnée à la remise en route de l'usine, en attente du versement d'aides publiques, via une convention portant sur 2016-2017 et qui n'a pas encore été signée.

"Au mieux la campagne démarrera fin mars, et s’achèvera en pleine saison des pluies", ce qui conduira à "une perte de récolte 30 à 40.000 tonnes de cannes", a expliqué à l'AFP Thierry Orfèvres, directeur de la Sicama.

La dernière convention qui courait jusqu’en 2015 imposait d’augmenter la productivité des planteurs de 62.000 t de cannes à 150.000 t. "Nous l'avons fait et nous avons investi pour cela, nous ne pouvons pas perdre d'argent", affirme Thierry Orfèvres.

La signature de la convention permettant la mise en route de la campagne sucrière est suspendue à un conflit autour de deux projets de centrale biomasse adossée à l'usine sucrière : l'un soutenu par l'entreprise Albioma et les acteurs de la filière depuis 2012, et l'autre, par la communauté de commune de Marie-Galante (CCMG), présenté en décembre, dans le cadre d'un projet de démonstrateur industriel de la ville durable (DIVD), axé autour du "tourisme durable".

Actionnaires de l'usine de sucre et par là-même du projet Albioma, les planteurs ne cachent pas leurs soupçons de voir le projet de "DIVD" tuer la filière. Ce que la CCMG conteste.

Lundi, une réunion se tiendra "sur les modalités du soutien des collectivités territoriales et de l'Etat à la filière canne de Marie-Galante", selon un courrier d'invitation au préfet d'Ary Chalus, le président de Région, que l'AFP s’est procuré.

Il y indique vouloir "accompagner la volonté des élus marie-galantais" dans leur "approche durable" et "s'engage à proposer, dès cette année, un plan biomasse à l'échelle du territoire guadeloupéen".

Ce positionnement jette le flou sur les intentions de signature par la Région de la convention. Les services du président de région affirment qu'il "refuse d’être le responsable de la mort de la filière canne à Marie-Galante". Mais, qu’"en tant qu’élu régional, il ne peut pas ne pas entendre ce que disent les élus locaux".



Tour d'Andalousie: Valverde quintuple vainqueur d'un souffle

19/02/2017 17:32 sur RTL info.

Une seconde a suffi: l'Espagnol Alejandro Valverde a remporté dimanche son cinquième Tour d'Andalousie en conservant ce mince avantage au général sur Alberto Contador au terme de la 5e et dernière étape, remportée par le Belge Tim Wellens au sein d'une échappée.

Malgré la pluie et le froid à Coin, dans le sud de l'Espagne, Valverde (Movistar) a franchi la ligne d'arrivée sans encombre parmi les premiers coureurs du peloton.

Et il a gardé cette petite seconde d'avance au classement final sur son compatriote Contador (Trek-Segafredo), deuxième, et six sur le Français Thibaut Pinot (FDJ), 3e. Ces derniers n'ont rien tenté sur une dernière étape qui ne comportait pas de réelle opportunité de créer des écarts.

"Je suis ravi, cela a été une victoire au forceps", a commenté Valverde au micro d'Eurosport. "Aujourd'hui, la journée n'a pas été facile avec du froid, du vent, de la pluie mais il n'y a pas eu d'attaque et c'était mieux pour nous."

C'est la cinquième fois que le vétéran espagnol (36 ans) remporte la "Ruta del Sol" après 2012, 2013, 2014 et 2016. Quant à Contador, il échoue à la deuxième place, comme en 2015, et rate l'opportunité de remporter l'une des rares épreuves d'une semaine manquant à son riche palmarès.

"J'avais plus la tête aux courses qui arrivent", a commenté Contador, heureux de ses sensations pour sa course de reprise, la première avec sa nouvelle équipe Trek.

"Cela a été une très bonne épreuve pour nous. En montagne, nous avons marché très fort. Au final, il n'y a qu'une seconde. La balance n'a pas penché de mon côté mais je félicite Alejandro", a-t-il ajouté.

Quant à l'ultime étape, elle a souri à Wellens (Lotto-Soudal), qui s'est montré le plus rapide au sein d'un groupe de six fuyards. Soit déjà sa troisième victoire cette saison après deux manches du Challenge de Majorque fin janvier.



Un conducteur renverse un piéton à Fléron et prend la fuite: la victime se trouvait dans un état grave

19/02/2017 17:25 sur RTL info.

Un individu âgé d'une trentaine d'années a renversé un piéton dimanche avec son véhicule sur la route principale de Fléron (région de Liège), a-t-on appris au parquet de Liège. L'homme a ensuite pris la fuite alors que la victime se trouvait dans un état grave.

L'homme a été interpellé à son domicile. Sa compagne, qui avait remarqué les dégâts sur la voiture, lui a conseillé de se rendre à la police et a contacté les forces de l'ordre. La victime souffre d'un traumatisme crânien et son état de santé reste préoccupant. Le magistrat de garde a précisé avoir demandé un mandat d'arrêt pour le conducteur.



Les journalistes jugés compétents et intéressants, mais pas indépendants (sondage)

19/02/2017 17:24 sur RTL info.

Cible de responsables politiques et de citoyens en marge de la campagne présidentielle, les journalistes sont majoritairement jugés compétents (60%) et intéressants (57%) par les Français, mais pas indépendants, selon un sondage Odoxa diffusé dimanche.

Selon ce sondage, 66% des Français interrogés estiment que les journalistes ne résistent pas aux pressions économiques et 69% estiment qu'ils ne sont pas indépendants du pouvoir politique.

Le sondage indique également que si les Français doutent de l'impartialité des journalistes, ils se méfient encore plus des potentielles manipulations politiques. Ainsi, 74% des Français pensent que si les hommes politiques critiquent les journalistes ils le font le plus souvent "parce que c’est un moyen d’éviter des questions qui les gênent".

Une catégorie se démarque toutefois: les sympathisants du parti les Républicains (LR) sont 54% à penser que les reproches des politiques à l'encontre des journalistes sont plus sincères que calculés.

Enquête réalisée en ligne les 15 et 16 février auprès d'un échantillon représentatif de 1.016 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1,4 à 3,1 points



Infrabel autorisé à approcher le lieu de l'incident à Louvain

19/02/2017 17:21 sur RTL info.

(Belga) Infrabel a reçu vers 16h15 l'autorisation du parquet d'approcher l'endroit où un train a déraillé, samedi, a annoncé le gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire. "Nos équipes vont pouvoir évaluer précisément les dégâts occasionnés aux signaux et aux voies", selon un porte-parole.

Dimanche après-midi, une grue est arrivée sur les lieux - à quelques centaines de mètres de la gare de Louvain - afin d'enlever la voiture sur le flanc. "Les travaux préparatoires ont démarré", selon Infrabel. Les travaux de levage du train doivent être effectués à partir de la nuit de dimanche à lundi, selon Infrabel. La voiture qui s'est renversée doit d'abord être évacuée. Les deux autres voitures seront ensuite soulevées et remorquées à l'aide d'un train de relevage. Une route temporaire a été installée afin de permettre les travaux. Le sol y a été stabilisé et des plaques de métal ont été posées pour supporter les 118 tonnes de la grue. Un communiqué commun d'Infrabel et de la SNCB doit être publié en début de soirée au sujet du trafic. (Belga)



Italie: Renzi démissionne de la tête de son parti pour reprendre la main

19/02/2017 17:21 sur RTL info.

L'ancien chef du gouvernement italien Matteo Renzi a démissionné dimanche de la tête de son Parti démocrate (PD), dans l'espoir de reprendre la main au sein de cette formation de centre-gauche où une minorité plus à gauche menace de faire sécession.

Cette démission lui permet d'obtenir, conformément aux statuts du PD, un congrès de son parti, prévu en juin, où il compte alors être réélu secrétaire-général.

L'ancien chef du gouvernement italien espère ainsi réduire ses opposants au silence, mais certains, y compris au sein de son parti, s'inquiètent des conséquences de cette guerre fratricide pour le centre-gauche à moins d'un an des législatives.

Matteo Renzi, 42 ans, avait déjà démissionné fin 2016 de son poste de président du Conseil après le non massif des Italiens à un référendum constitutionnel défendu alors par son gouvernement.

Depuis, la fronde d'une partie du PD s'est accentuée, incitant M. Renzi à bousculer le calendrier de son parti, en réclamant ce congrès, et à revenir en force sur le devant de la scène politique avec en ligne de mire son retour au pouvoir.

Selon les statuts du PD, le secrétaire-général devient en effet le nouveau président du Conseil en cas de victoire aux législatives de cette formation, qui fête cette année ses dix ans d'existence.

Les élections sont normalement prévues l'an prochain, mais Matteo Renzi et d'autres formations politiques italiennes, dont le Mouvement Cinq Etoiles (populiste) réclament des élections anticipées. Celles-ci pourraient avoir lieu au plus tôt en septembre, après le congrès du PD.

- Menace de scission -

Mais la bataille au sein du PD s'annonce rude entre le camp de l'ancien chef du gouvernement et celui des "frondeurs", dont certains ont brandi ce week-end la menace d'une scission, au risque d'affaiblir le parti mais aussi le gouvernement actuel de Paolo Gentiloni, dont le PD est le principal soutien. Une scission "affaiblirait le gouvernement", a ainsi averti le ministre des Transports Graziano Delrio, un proche de Matteo Renzi.

Matteo Renzi, qui accuse la minorité de l'avoir systématiquement combattu, y compris lorsqu'il était à la tête du gouvernement, semble avoir fait le pari qu'elle y renoncera. Certains "frondeurs" paraissent en effet hésiter. En cas de scission, "nous serions tous perdants", a ainsi averti Gianni Cuperlo, l'un des ténors de cette minorité.

Un autre de ces "frondeurs", le gouverneur de la région des Pouilles, Michele Emiliano, a dit aussi vouloir croire à une solution préservant l'unité du parti. "Rester ensemble est à portée de main", a-t-il dit avant d'aller serrer la main de Matteo Renzi, un geste remarqué dans la salle où s'est réunie dimanche l'assemblée du PD.

Le secrétaire-général démissionnaire n'a pourtant pas mâché ses mots à l'encontre de la minorité, au risque d'apparaître comme le reponsable de la crise dans laquelle est plongée son parti, et de favoriser ainsi l'opposition de centre-droit ou populiste du Mouvement Cinq Etoiles.

"Le mot schisme est l'un des pires qui soient, un seul est pire encore, celui de chantage. Il est inacceptable pour un parti d'être bloqué par les diktats de sa minorité", a assuré dimanche M. Renzi.

Les "frondeurs" lui reprochent de leur côté de ne pas prendre en compte leur point de vue et de mener une politique trop éloignée des valeurs de la gauche.

"Nous ne disons pas que nous voulons que Renzi fasse ses valises, nous disons que nous voulons un changement urgent dans la direction" du parti, a déclaré Pierlugi Bersani, ancien secrétaire-général du PD et l'un des chefs de file de la minorité.



Mogadiscio: 20 morts dans un attentat à la voiture-suicide

19/02/2017 17:17 sur RTL info.

Au moins 20 personnes ont été tuées dimanche matin par un kamikaze au volant d'une voiture piégée qui l'a fait exploser à un carrefour fréquenté de la capitale somalienne, Mogadiscio, ont annoncé à l'AFP des responsables locaux et des témoins.

"Un kamikaze conduisant une voiture s'est fait exploser au milieu du marché, à une heure de grande fréquentation, tuant au moins 20 personnes et faisant de nombreux blessés", a déclaré Ahmed Abulle Afrah, le préfet de l'arrondissement de Wadajir, à Mogadiscio.

Selon des témoins, l'attentat a visé un carrefour très animé du quartier de Madina, dans le sud de la capitale, où se trouvaient de nombreux commerçants, des civils faisant leurs courses et des militaires de faction.

"Il y a beaucoup d'échoppes le long de la route, des petits commerces, des restaurants, des maisons de thé", a expliqué à l'AFP un témoin, Sumayo Moalim.

Un premier bilan avait fait état de 14 morts et 30 blessés.

Cet attentat est le premier de cet ampleur à Mogadiscio depuis l'élection du nouveau président somalien Mohamed Abdullahi Mohamed, alias Farmajo, le 8 février. Deux enfants avaient été tués par des tirs de mortier jeudi, le jour de la passation de pouvoir entre Farmajo et son prédécesseur.

Ce type d'attentat est généralement attribué par les autorités aux militants islamistes shebab, chassés de la capitale en 2011, mais qui continuent de contrôler de vastes zones rurales.

Cette nouvelle attaque à Mogadiscio illustre les défis auxquels sera confronté le président Farmajo à la tête d'un Etat miné par ce genre d'attentats, dont l'autorité peine à s'exercer au-delà de Mogadiscio et soutenu à bout de bras par la communauté internationale et la force de l'Union africaine (Amisom), forte de 22.000 hommes.

Bien que largement défaits sur le terrain militaire, les shebab ont multiplié ces douze derniers mois des attaques coordonnées contre des bases de l'Amisom et contre l'embryon d'armée somalienne, et des attentats meurtriers jusque dans la capitale somalienne.

Fin janvier, au moins 28 personnes avaient été tuées et 43 blessées dans un double attentat à la voiture piégée contre un hôtel du centre de Mogadiscio, ensuite pris d'assaut par un commando shebab.

L'établissement, fréquenté par des hommes politiques, était situé près du parlement et de la présidence. Alors que services de secours, policiers et journalistes étaient arrivés sur les lieux de la première explosion, un véhicule laissé aux alentours a à son tour explosé, faisant de nouveaux blessés, dont un photographe de l'AFP.

Les shebab ont également revendiqué ces dernières années plusieurs attaques spectaculaires et meurtrières dans les pays membres de l'Amisom, particulièrement en Ouganda et au Kenya, dont celles contre le centre commercial Westgate en 2013 (au moins 67 morts) ou l'Université de Garissa en 2015 (148 morts dont 142 étudiants).

La Somalie est plongée depuis près de trois décennies dans le chaos et la violence entretenus par des milices claniques, des gangs criminels et des groupes islamistes.



Cosmétiques: un guide d’achat malin pour débusquer les ingrédients toxiques

19/02/2017 14:58 sur Sud Presse. Posté dans Santé

Crème de jour, gel douche, déo, maquillage, shampooing… Savons-nous réellement ce que nous faisons subir à notre peau au quotidien ? Une enquête anglaise a montré qu’en moyenne, chaque jour, une femme est en contact avec 515 substances chimiques via les cosmétiques pour le corps et le visage. Un constat ahurissant, que font aussi les Femmes Prévoyantes Socialistes de Namur, qui sortent un « Guide d’achat des produits cosmétiques ».



Un homme de 71 ans meurt lors d’un accident avec délit de fuite à Alken, le coupable (23 ans) arrêté quelques heures plus tard

19/02/2017 10:10 sur Sud Presse. Posté dans Faits divers

Un homme de 71 ans a été percuté par une voiture dimanche à Alken, dans la province du Limbourg, alors qu’il se trouvait sur le trottoir. Il a succombé à ses blessures. Le conducteur a pris la fuite mais la police l’a interpellé dimanche matin, a indiqué le parquet du Limbourg.



Une joggeuse agressée dans un parc par 5 ou 6 mineurs lance l’alerte sur Facebook: "Ils veulent me déshabiller, m’embrasser, me toucher…"

19/02/2017 08:49 sur Sud Presse. Posté dans Faits divers

Cela s’est passé dimanche dernier, dans le parc de la Citadelle, à Lille. Lucie (22 ans) a été victime d’une tentative de viol de la part de 5 ou 6 jeunes. Elle est parvenue à s’échapper et à se réfugier auprès d’un passant. Depuis, son récit sur Facebook suscite beaucoup de commentaires et de prises de conscience du danger.